Retour  l'accueil
Retour à l'accueil Comment nous contacter ?

Informations destinées au grand public
 

Risque de transmission à l'homme :

  • L’évaluation du risque de transmission à l’homme des ESST est difficile en raison :
    • de la nature même de l’agent qui n’est pas identifié avec certitude
    • de sa résistance à la plupart des procédés habituels de décontamination
    • de la technique de détection de référence qui reste l’inoculation à l’animal de laboratoire

    Tous les tissus ne présentent pas le même risque infectieux.

  • A partir de la classification de l'OMS, on peut différencier 2 groupes de tissus :
    • Tissus à haut caractère infectieux pour toutes les ESST :
      • Système nerveux central (SNC) (y compris l'hypophyse, la moelle épinière, la dure-mère)
      • Rétine et nerf optique
      • Ganglion spinal et trijumeau
      • Muqueuse olfactive

    • Tissus à haut caractère infectieux en cas de vMCJ uniquement :
      • Rate, amygdale, appendice, thymus
      • Ganglions lymphatiques
      • Formation lymphoides organisées dans le tube digestif


    • Cette classification est disponible sur le site de l’OMS.


    • Les contaminations accidentelles observées chez l’homme sont dues à la transmission de l’agent infectieux à partir de tissus dérivant du SNC :
      • le Kuru : contamination, principalement des femmes et des enfants de la population Foré de Nouvelle-Guinée, par ingestion de la matière cérébrale des ancêtres au cours des rituels cannibales
      • les accidents iatrogènes :
        • greffe d’un tissu dérivant ou au contact du SNC (cornée ou dure-mère)
        • implantation d’électrodes intracérébrales
        • instruments utilisés en neurochirurgie
        • traitement par hormone de croissance extraite d’hypophyse humaine.

    • En cas de variante de MCJ uniquement un risque de contamination par voie sanguine existe :
      • des patients britanniques ayant été transfusés avec des culots globulaires de patients secondairement décédés de vMCJ ont développé une vMCJ pour 3 d'entre eux et avaient de la PrPres dans les organes lymphoïdes à l'autopsie pour l'un d'entre eux.
      • Ceci est probablement lié au fait que l’agent de la vMCJ a la particularité d’être présent dans les organes lymphoïdes périphériques